Ces sentiments sont-ils vraiment les vôtres ?

Bonjour Beauté!

J’ai eu une expérience bizarre (et désagréable) cette semaine, que je veux partager avec vous. Mardi je ne me sentais pas très bien, plutôt triste. Ma mère est passée me voir et m’a dit que cela faisait pile 20 ans que ma grand-mère était décédée. Et plus le jour avançait, plus je me sentais triste, au point que tout ce que je voulais c’était être seule et pleurer toutes les larmes de mon corps… Quand je suis finalement allée me coucher, je ne pouvais pas dormir, mes pensées étaient si sombres, je broyais du noir, je remettais ma vie en question et me demandais ce que j’allais bien pouvoir devenir. J’ai quand même réussi à m’endormir, et heureusement, le lendemain, le nuage noir au dessus de ma tête avait disparu et je pouvais a nouveau être moi-même. Mais évidemment ca m’a fait réfléchir et me demander si ces sentiments étaient vraiment les miens. J’ai pensé a ma grand-mère, j’ai pense a une possible configuration planétaires, j’étais vraiment complètement déboussolée par cette expérience. Je ne sais finalement pas ce que c’était (j’ai bien pensé à d’autres explications plausibles), mais je c’est que ce n’était pas à moi, c’était trop décalé avec qui je suis.

Je pense que, quand nous ressentons beaucoup d’empathie (que nous soyons hypersensibles ou non), il est très facile de se sentir dépassé par des sentiments (négatifs) qui proviennent d’autres personnes. Et que dire des gens qui nous pompent de l’énergie en ne faisant que se plaindre en continu, peuvent-ils également vous tirer vers le bas ? Et que dire des évènements désastreux qui se produisent parfois sur notre planète, pouvez-vous les ressentir (et la tristesse dans l’inconscient collectif) également ? Si oui, pouvez-vous trouver une manière de rester dans votre propre vibration ?

Ceci m’amène à ce qui suit : la nécessité d’introspection et de temps seul(e) pour aller à l’intérieur de soi et se retrouver, se ressourcer. Evidemment, la méditation est un bon exercice pour cela, mais vous pouvez également lire un bon livre ou faire du bricolage (mon activité favorite) en pleine conscience, et vous retrouver de cette manière également. Vous pouvez aussi aller marcher dans la nature, écouter de la bonne musique, peu importe ce qui vous aide sur le moment.

Et vous ? Ressentez-vous parfois des sentiments qui pourraient ne pas vous appartenir ?

un changement de sentiment

Prenez bien soin de vous et profitez de la vie !

Je vous souhaite une très belle semaine.

Je vous embrasse, Madeleine

 

Publicités

Devriez-vous vous sentir coupable ?

Bonjour Beauté!

Tout d’abord, je voudrais vous présenter mes excuses pour ne pas vous avoir écrit pendant 2 semaines, c’était les vacances scolaires et j’ai dû adapter mon agenda… De plus, j’ai vu ceci comme une expérience pour moi : vais-je me sentir coupable, et comment ce sentiment va-t-il évoluer ?

Je pense que la culpabilité est un sentiment très répandu dans notre culture et je ne connais personne que ne se sente pas coupable de temps à autre (et je pense que les mères sont les pires ;-)). Mais pour moi il y a 2 sortes de culpabilité : la première, dictée par notre éducation (et la religion en fait partie), où nous nous positionnons en tant qu’enfants se faisant gronder par leurs parents pour avoir fait quelque chose de mal à leurs yeux. La deuxième est celle que nous ressentons, indépendamment de notre éducation, comme adultes possédant leur jugement propre sur le bien et le mal et ce que nous devrions faire ou ne pas faire (le mensonge et la tromperie sont de parfaits exemples de cas ou chacun décidera en fonction de sa situation…).

Je me souviens quand j’ai arrêté de fumer, il y a des années de ça. Quelques mois plus tard, je me suis réveillée en sursaut après un rêve pendant lequel j’avais refumé, et le sentiment de culpabilité m’a réveillée, je me disais : non, je n’ai pas fait ça quand même ? Arrêter de fumer était ma propre décision, personne ne m’avait forcé la main. Et pourtant, j’étais complètement paniquée à cause de ce rêve !

Je pense que, même si nous aimerions nous en débarrasser, le plus souvent, nous sommes tortures par ce sentiment, comme si nous étions toujours de jeunes enfants attendant d’être grondes et punis. Je ne dis pas que nous ne devrions jamais nous sentir coupables, évidemment nous devrions maintenant savoir ce que nous faisons et agir en conséquence ! Mais je voudrais suggérer que nous nous posions la question quand nous nous sentons coupables : cette culpabilité vient-elle de moi ou des mes parents / ma famille / mon éducation ? Parce que si c’est le deuxième cas, nous voulons peut-être apprendre à laisser tomber ce sentiment, à nous en séparer, afin d’être complètement nous-mêmes et non plus figés dans le moule où nos parents nous ont mis.

Au cas où vous êtes curieux de savoir comment je me suis sentie de ne pas vous écrire…Je dirais : délicieusement coupable ! Cela a bien sur évolué pendant ces 2 semaines, et je savais que je reviendrais à vous après cette pause, mais je me suis assurée d’en être pleinement consciente, et je voulais même en profiter au maximum, etreindre ce sentiment, car c’etait totalement le mien J.

Dites-moi, vous sentez-vous coupable de quelque chose en ce moment ? et est-ce vraiment à vous ?

Je ne ressens pas de culpabilité

Prenez bien soin de vous et profitez de la vie !

Je vous souhaite une très belle semaine.

Je vous embrasse, Madeleine

Avez-vous perdu votre étincelle ?

Bonjour Beauté!

Il y a quelques jours, une amie que je n’avais pas vue depuis un certain temps m’a dit qu’elle se faisait du souci à mon sujet, elle pouvait voir que j’avais perdu mon étincelle. Depuis lors, j’ai bien (trop) réfléchi, et j’ai fait face à pas mal de changements d’humeur, alternant entre la tristesse et la colère and naviguant ces eaux troubles aussi bien que possible. Je sais que ce n’est pas encore fini, et c’est ok, mais j’ai essayé d’en trouver la signification et en même temps de l’utiliser à bon escient. Je vous livre mes réflexions et aimerais beaucoup savoir si ca résonne en vous !

La tristesse et la colère sont très souvent intimement liées. Il n’est pas toujours possible de trouver laquelle était là en premier, mais ça n’a pas d’importance. Lorsque l’une est présente, l’autre n’est jamais bien loin. Si quelqu’un vous fait de la peine, vous vous sentirez triste à cause de la peine et en colère contre elle pour vous avoir fait de la peine. Vous pouvez aussi être en colère contre vous-même car vous ne faites pas ce que vous pensez que vous devriez faire, parce que vous n’êtes pas en accord avec vos propres standards, parce que vous vous laissez tomber etc. Dans mon cas, c’est un joyeux mélange du fait que je ne suis pas où je voudrais être (professionnellement parlant – et que je travaille trop), et de vieilles peines qui resurgissent à nouveau je crois.

Ce que j’ai remarqué de positif, dans tous ces hauts et bas, c’est que je ne veux plus rien cacher et que j’ai davantage exprimé mes sentiments et émotions que je ne le fais normalement. Je tends généralement à réprimer tout ça, et cette semaine je ne l’ai pas fait et je me suis sentie bien mieux après, comme si j’avais enlevé un filtre qui bloquait l’expression de mes émotions. C’est arrivé tout simplement, sans que j’aie essayé consciemment de changer quoi que ce soit, plutôt à mon insu en fait !

L’autre point positif, c’est que cela m’a fait ralentir cette semaine, méditer davantage, lire davantage (le tout afin d’éviter une explosion qui menaçait sérieusement). Bien que je n’aie pas encore de solution pour remettre ma vie sur les rails (à savoir un plan d’action), je suis maintenant occupée (nuit et jour) à chercher des indices et de l’aide autour de moi et à l’intérieur de moi.

Pour finir, nous venons d’avoir une nouvelle lune cette nuit, et dans l’une des lettres d’infos que je reçois, elle nous a invités à utiliser cette nouvelle phase lunaire pour : « être ferme mais gentil, rechercher les limites qui créent de la paix en vous et autour de vous, qui permettent à la tendresse et la douceur d’être plus présentes dans votre vie quotidienne, qui renforcent la connexion (à vous-même et aux autres) » (source : Lisa Nagel). Ce message me semble totalement aligné avec ce que je ressens en ce moment, et je ne suis probablement pas la seule dans ce cas…

Dites-moi, avez-vous ressenti ceci auparavant ? Comment avez-vous géré ?

etincelle

Prenez bien soin de vous et profitez de la vie !

Je vous souhaite une très belle semaine.

Je vous embrasse, Madeleine

Etes-vous capable de recevoir ?

Bonjour Beauté!

Combien d’entre nous trouvent que « donner » est facile et « recevoir » (je veux dire vraiment recevoir…) plus difficile, et peut-être même embarrassant ? Combien d’entre nous ne peuvent pas recevoir un compliment sans le négliger ? Vous savez, l’habituel : Oh ma chérie cette robe te va si bien, elle te met en valeur. Oh cette vieille robe ?… Ou alors : ce plat est vraiment délicieux ! Oh ce n’est rien, c’est tellement facile à faire…

Si vous vous reconnaissez ici, vous rendez-vous compte que vous dérobez les autres du plaisir qu’ils peuvent ressentir en donnant ? Si vous ne pouvez pas vraiment recevoir, alors leur cadeau n’est pas accepté comme il se doit, et ils restent avec un sentiment d’inachevé, peut-être même d’incompréhension, et vous avez gâché leur expérience. Voudriez-vous que votre expérience soit gâchée ainsi lorsque vous donnez ?…

Alors, pour ceux/celles qui plaident coupable, ce que je suggère va vous demander quelques efforts… Mais cela signifie que vous le faites pour vous et pour eux également, alors vous ferez une bonne action en acceptant réellement les cadeaux et compliments 😉

Imaginons que vous receviez un compliment sur votre tenue ou sur un repas que vous avez préparé pour des amis. Allons-y une étape après l’autre, pratiquez cette première étape jusqu’à ce que vous soyez prêt(e) pour l’étape 2 !

Etape 1 : Merci, chéri(e) (ou le nom de la personne). C’est tout, ne rajoutez rien pendant 30 secondes au moins) Et souriez en les regardant dans les yeux.

Alors, quand vous êtes prêt(e) à aller un peu plus loin, que pensez-vous de :

Etape 2 : Merci chéri(e), moi aussi je trouve que ca me va bien / oui je suis fier(e) de moi (ou quelque chose d’approchant). Et souriez ! Vous n’êtes pas en train de vous vantez, vous êtes simplement d’accord avec lui ou elle et reconnaissez que ce qu’il ou elle a dit sur vous est vrai.

Si vous avez besoin de vous entrainer, je vous propose le « Jeu du compliment » avec un(e) ami(e), ou avec votre partenaire s’il/si elle se porte volontaire ;-). Je l’ai découvert quand j’étudiais le coaching par l’intelligence du cœur, et j’ai bien sûr trouvé difficile au début également ! Mais je l’ai depuis utilisé dans des Cercles et c’est toujours un bon exercice J. Le voici :

Vous faites face à votre partenaire de jeu, debout ou assis, peu d’importance. Vous pouvez aussi vous tenir les mains. Vous le/la regardez dans les yeux et vous lui faites un compliment. Ce doit être quelque chose de réel, ce doit être vrai bien sûr, et vous devez ressentir ce que vous dites. Cela pourrait être quelque chose comme : tu as de magnifiques yeux bleus, ou tu es si tolérant, ou j’adore tes cheveux bouclés, ou tu me fais toujours me sentir bien, ou quelque chose que vous aimez en cette personne. L’autre personne doit dire « Merci » comme à l’étape 1. Ensuite vous inversez les rôles et elle vous fait un compliment etc. Laissez-moi vous dire, après quelques tours, vous vous sentez tous les 2 tellement bien !

Dites-moi comment ça s’est passé pour vous !

Copy of The thankful receiver bears a plentiful harvest

Prenez bien soin de vous et profitez de la vie !

Je vous embrasse, Madeleine

Désencombrez votre vie !

Bonjour Beauté!

Cela ressemble à une nouvelle thématique pour moi… En l’espace d’une semaine, c’est revenu plusieurs fois pendant des conversations entre amis, sur mon Pinterest, etc. aussi je suppose que cela signifie que je dois y faire attention ;-). J’ai déjà commencé à désencombrer ma maison en donnant ou vendant des vêtements que nous n’utilisons plus, mais ceci ne concerne pas seulement l’encombrement physique. Il y a toutes sortes d’encombrement : les encombrements d’emails (j’en ai environ 900 dans ma boite de réception…), l’encombrement électronique (et je dois avouer que mon ordinateur devient de plus en plus lent), l’encombrement des papiers… et pour finir, l’encombrement de notre cerveau ! Je suis coupable de tous, l’êtes-vous aussi ?

Ceci étant dit, cela ne signifie pas que nous devons tous nous transformer en Marie Kondo… De plus, son style minimaliste ne nous convient pas forcement à tous ! Autant je voudrais volontiers voir ma maison toujours organisée et impeccable, autant le fait d’avoir des enfants complique quelque peu la tâche !

L’idée maitresse du désencombrement, c’est de faire de la place pour de nouvelles choses (et / ou de nouvelles personnes). Si votre maison est déjà remplie, il n’y a plus de place pour recevoir ou accueillir quoi que ce soit de nouveau. Pas de place pour de nouvelles affaires dans la maison, pas de temps pour une nouvelle activité, pas de temps pour vous, pas de temps pour de nouvelles relations… Mais si vous arrivez à créer un peu de vide ci et là, vous montrez votre volonté de faire de la place pour du neuf. Et pourtant, comme vous, je sais combien il est difficile d’arrêter une relation (ou de réaliser qu’elle est déjà finie), de démissionner de votre job et prendre un risque, et de vous débarrasser d’affaires que vous gardiez « au cas où »… Je ne vais pas vous donner de conseils sur la manière de désencombrer, je laisse ça aux professionnels, mais je voulais juste vous encourager à laisser partir ce qui ne vous sert plus, que ce soit des vêtements, des vieux papiers, des vieux livres, de vieilles choses, et de remarquer après coup combien vous vous sentez plus léger(e) et mieux après cet exercice !

Si, au contraire, votre vie vous semble déjà vide, et bien c’est une bonne nouvelle : ça signifie que vous avez déjà de l’espace pour du nouveau, alors je veux vous encourager à utiliser cet espace du mieux possible, pour choisir vous-même quelque chose / quelqu’un, au lieu de laisser faire la nature qui, ayant horreur du vide, va le remplir à sa manière avec des choses et des gens que vous n’auriez peut-être pas choisis…

Sur ce, je vais m’attaquer à désencombrer une armoire…

Copy of Clutter isn't just the stuff in your closet. It's anything that gets between you and the life you want to be living.

Prenez bien soin de vous et profitez de la vie !

Je vous embrasse, Madeleine

Célébrez-vous (oui, vous !)

Bonjour Beauté!

J’arrive à la fin du premier trimestre, et au numéro 80 de mes emails du lundi, et cela m’a semblé un bon moment pour célébrer. De plus, c’est le printemps, même si nous n’avons pas encore l’occasion de nous en rendre compte, des énergies nouvelles et renouvelées s’amorcent, donc encore plus de raisons de célébrer !

Alors que la semaine dernière, j’ai mis à l’honneur la gratitude, cette semaine il s’agit de fierté, être fier(e) de qui vous êtes. Alors que certains d’entre nous ont tendance l’être pour 2 ;-), la plupart d’entre nous ne le sont pas assez ! Et ce sont ceux-là que je veux encourager aujourd’hui à s’asseoir un moment pour faire ce petit exercice. Je voudrais que vous preniez des morceaux de papier colorés, pour écrire une phrase sur chaque, et que vous les rassembliez ensuite dans un bocal ou une boite. Chaque phrase devrait démarrer par : « Je suis… » ou au moins « Je + verbe d’action » !

  • Vos traits de caractère : nous avons tous un beau mélange de traits dits bons ou mauvais, concentrons-nous ici sur ceux que nous apprécions particulièrement ! En voici quelques uns que j’aime en moi :
    • Je suis créative
    • Je suis résiliente
    • Je suis serviable
  • Vos accomplissements : ne diminuez pas ce que vous avez fait, ne pensez pas un seul instant que c’était complètement normal ou facile, ne vous laissez pas dénigrer la grandeur de ce que vous avez accompli jusqu’ici. Laissez-moi vous donner quelques exemples :
    • Je suis une écrivaine : je suis en train d’écrire mon 80ème MMM and ai bien l’intention de continuer aussi longtemps que je le peux
    • J’ai mis au monde de et élevé avec succès (je m’y emploie encore !) 2 êtres humains magnifiques
    • Je parle 3 langues (je peux m’entendre me dire : oh ce n’est rien, certains en parlent 9… mais je dis a cette petite voix de se taire pour pouvoir réellement me sentir fière de moi)
  • Vos rêves non encore réalisés : nous avons encore le temps, nous ne savons jamais combien exactement, mais nous voulons encore accomplir beaucoup (avez-vous cette liste de choses à faire avant de mourir près de vous ?), n’est-ce-pas ? En tous les cas, moi oui. ! En voici quelques uns que j’ai bien l’intention de réaliser avant de partir :
    • Je vais faire du parapente cette année
    • Je travaille constamment à devenir une meilleure version de moi-même
    • J’ai l’intention de construire ou acheter ou rénover une autre maison

J’espère que mes exemples vous aideront à écrire les vôtres et à vous sentir de très bonne humeur, dites-le moi ! Les déclarer à quelqu’un d’autre aide encore davantage, je suis à votre disposition pour ce faire ! 😉

Copy of The more you celebrate your life, the more there is in life to celebrate.

Prenez bien soin de vous et profitez de la vie !

Je vous embrasse, Madeleine

Comment se sentir réellement reconnaissant(e)

Bonjour Beauté!

J’ai été sensibilisée à nouveau récemment à l’importance de se sentir positif, afin de créer plus de positif dans nos vies. Quand tout va bien, c’est facile de se sentir positif et reconnaissant pour tout ce que l’on a, et tout se déroule parfaitement. Mais quand ce n’est pas le cas, cela peut devenir (dans mon expérience, et je pense que je ne suis pas la seule dans ce cas) très difficile de se concentrer sur les bonnes choses et de vraiment ressentir la gratitude à l’intérieur de nous. Je vous ai déjà probablement dit que j’avais un journal exprès, dans lequel j’écrivais 3 choses par jour pour lesquelles je me sentais reconnaissante. Mais je ne pense pas que ce soit suffisant. Je pense que ce qui est vraiment nécessaire ici, c’est de ressentir ce sentiment de gratitude au fond de notre cœur. Même si ce n’est que pour une seconde, c’est déjà bien. Mais évidemment, au plus ça dure, au mieux c’est !

Ce que je voudrais faire, c’est de vous donner des questions afin de vous aider à devenir conscient(e) de toutes les bonnes choses dans votre vie, afin que, au lieu de redémarrer une nouvelle liste chaque jour, vous puissiez simplement ajouter à votre liste, et au plus elle grandit, au plus cela devient facile de ressentir de la gratitude (en tous les cas c’est ce que j’espère !)

  • Votre famille: si vous avez toujours vos parents, pouvez-vous ressentir combien vous avez de la chance qu’ils soient toujours là et que vous puissiez encore leur parler, les aimer et être aimé(e) en retour, vous pouvez être là pour eux comme ils étaient là pour vous élever… S’ils sont partis, pouvez-vous penser à tout ce qu’ils vous ont transmis (amour, éducation, valeurs…) et la chance que vous avez eu de les connaître ? Si vous avez des enfants, pensez à tout l’amour que vous pouvez leur donner et recevoir, à comment leur donner le meilleur de vous.
  • Vos relations (amicales et amoureuses) : même si certaines se sont arrêtées, pour celles-ci, pensez à tout ce qu’elles vous ont amené pendant la relation, tout le support que vous vous êtes donnés mutuellement, tous les rires partages, tous les bons moments que vous avez vécus ensemble, les moments où vous étiez vraiment là l’un pour l’autre…Et pour vos relations actuelles, qu’aimez-vous en cette personne, que lui apportez-vous et que vous apporte-t-il/elle ?
  • Vous-même : c’est probablement le plus difficile…Bien qu’il y ait tant à apprécier en nous-mêmes, nous avons tendance à être très exigeant envers nous-mêmes et à ne plus nous apprécier à notre juste valeur… Ne considérons-nous pas notre corps comme allant de soi, et le fait qu’il est supposé fonctionner correctement (si nous le traitons bien), pensez au fait d’être capable de manger, boire, dormir, voir, entendre, parler, ressentir, sentir, bouger, marcher, courir… Et notre cerveau ? Et nos capacités, nos dons, nos compétences ? Et nos traits de caractère, nos qualités ?
  • Votre travail : qu’est ce qui fait que votre journée est une bonne journée, est-ce de vous sentir utile dans votre travail, d’aider les autres, les interactions avec les autres… ? Allez-vous au travail avec plaisir le matin, sachant que vous apprécierez (sinon tout, au moins des parties de) votre journée ?
  • Votre maison : avez-vous pu la choisir ? Est-elle à vous (ou partiellement à vous et partiellement à la banque) ? L’aimez-vous ? Correspond-elle à vous besoins ? est-elle au bon endroit ? Aimez-vous la décoration ? Que préférez-vous dans cette maison ? Pouvez-vous vous rappeler des moments heureux que vous y avez vécus ?

Gratitude est le vin

J’espère que mes questions vous aideront à faire cette liste et à ressentir ce sentiment de gratitude, dites-le moi !:-)

Prenez bien soin de vous et profitez de la vie !

Je vous embrasse, Madeleine